AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 the game i used to play. (frieda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

MESSAGES : 75

MessageSujet: the game i used to play. (frieda)   Lun 21 Aoû - 17:06


les empreintes digitales qui s’impriment sur la boule de cristal.
crystal blues.
un sourire qui se dessine, sourire triste, sourire tendre, sourire compatissant.
« je suis malade », murmure la cliente. irma hoche la tête, passe une main dans ses cheveux sombres et tressés pour l’occasion de perles.
la main droite (et tatouée) vient se perdre sur un collier à consonance mystique qui constitue son costume de circonstance. les yeux à moitié européen et à moitié bridés qui sondent le minois et les émotions de la cliente alors que l’esprit pense déjà aux billets qui vont venir se rajouter à son portefeuille.
haine pour elle-même. elle voulait pas irma, voler comme ça.
elle a pas le choix irma.
elle vole l’argent… ou on lui vole la blancheur de son corps. patchwork d’ecchymoses violacées, bleutées et de peau encore indemne, de peau qu’il n’a pas touché.
eux ou elle, le choix est vite fait. ce sera elle.
« la rémission est proche. »
elle susurre, les sourcils faussement froncés pour mimer la concentration. elle appuie de sa main libre sur un bouton caché de sa table défoncée et de la lumière bleutée (ainsi que des volutes de fumée) viennent envahir la boule de cristal.
« votre famille sera là pour vous. elle l’est déjà, n’est-ce pas ? »
elle ajoute, analysant l’air, l’expression et les battements cardiaques qu’elle sent dans la main de sa cliente. (elle l’a prise juste après avoir appuyé sur le bouton magique).
« votre cancer va être une épreuve très dure à surmonter mais vous y arriverez. »
elle lance. la femme écarquille les yeux de surprise. après tout, elle n’a jamais dit qu’il s’agissait d’un cancer… mais irma n’avait que quelques rares pourcentages de chance de se tromper.
une histoire de logique, voilà tout.
la cliente hoquète légèrement, les larmes envahissant d’une brume aqueuse ses mirettes claires. irma détourne le regard (elle ne supporte plus de lire l’espoir et le soulagement dans les yeux des clients qu’elle vole si impunément d’argent dont ils ont besoin).
« merci. »
elle lâche, lui serrant fort la main. irma a la gorge nouée d’émotions mais la seule chose qu’elle rétorque, sourire à l’appui, c’est :
« ça fera cinquante dollars. s’il vous plaît. »
elle attrape les billets tendus, attend que la jeune femme quitte la roulotte décrépie qui lui sert de lieu de travail et se passe une main dans les cheveux alors qu’elle soupire.
le client suivant ne va pas tarder à rentrer…
et irma a déjà les mains tremblantes.
lassée de mentir. lassée d’être cette voyante de pacotille que tous viennent consulter…
et qui profite d’eux sans compter.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MESSAGES : 103

MessageSujet: Re: the game i used to play. (frieda)   Mer 23 Aoû - 12:14



tic, tac,
le temps qui passe, l'angoisse de l'avenir, de n'rien savoir.
tic, tac,
qui deviendra-tu, que feras-tu,
qu'est-ce qui te poussera à te lever le matin ? l'incertitude, t'es perdue, perdue dans ce monde qui va trop vite, dans tous les sens, qui part littéralement en couilles. toi, t'es là, gamine abandonnée au milieu d'une foule. tu comprends pas comment fonctionnent les gens autour de toi, alors pour vivre, tu tues.
que ça soit sur black ops 2 ou call of duty, toi, tu tues, tu mènes des quêtes depuis l'écran de télévision qui trône dans ta chambre. parfois, tu sors avec tes amies, t'imprègnent de l'extérieur, vois le monde sous un jour nouveau.
mais c'est ta soif de savoir qui te motive, tu souhaites comprendre, comprendre l'existence humaine et la traiter sous toutes ses coutures.
tic, tac,
le temps court, frieda, le temps court, tu dois aller vite, ne pas t'abandonner en cours de route.
aujourd'hui, c'est avec ta famille que tu es sorti. au cirque, et c'est devant la tente de la médium que friedrich t'a interpelé. vas-y, frieda, qu'il te dit. fais toi tirer les cartes, va voir qui tu sera. t'aurais pu dire non, c'est vrai, pourtant tu as poussé les pans de la tente, t'es engouffrée à l'intérieur tandis qu'une cliente en sortait, les larmes roulant sur ses joues rougies. de peurs de soulagement, tu sais pas, tu te demandes rapidement. qu'est-ce qu'elle a, cette femme, qu'est-ce qu'une médium aurait bien pu lui dire qui la mette dans cet état.
bonjour, que tu lâches en t'asseyant, un sourire aux lèvres, tout de même, parce que t'es polie, gentille, que t'es une princesse. je sais pas trop ce que je fais là, alors allez-y, dîtes moi.
parce que pour toi, une médium, ça a forcément réponse à tout. tu sais pas trop si t'y crois, à ces choses-là, frieda. tu sais pas trop si c'est de l'arnaque ou pas,
mais tu verra bien, hein ?
qui ne tente rien n'a rien, hein ?
alors t'hausses les épaules, t'enfonce dans ton siège, garde les yeux rivés sur la madame irma en face de toi. peut-être qu'elle pourra t'aider, tiens, peut-être qu'elle pourra répondre à tes questions. questions que tu n'arrives pas à formuler, pas là, pas comme ça. parce que c'est la première fois que tu vois une médium, et qu'tu sais pas trop comment ça s'passe, ces choses-là.
j'sais pas si vous préférez lire dans ma main,
ou bien m'tirer les cartes,
alors dîtes moi. j'veux juste savoir.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

MESSAGES : 75

MessageSujet: Re: the game i used to play. (frieda)   Dim 27 Aoû - 17:28


absolem de pacotille.
la fumée âcre d’un bâton-cancer qui vient d’être allumé et qui scintille dans l’obscurité créée par les rideaux tirés.
la cigarette trop longue qui vient se perdre entre les lèvres alors qu’irma réfléchit déjà au discours à adopter, tente de repousser la lassitude qui s’est déjà installé. il est trop tôt pour qu’irma la laisse s’exprimer…
pour qu’elle ferme la boutique alors que le soleil est à son zénith, visible que la tête levée.
bonjour. je sais pas trop ce que je fais là, alors allez-y, dîtes moi.
sourire amusé qui vient remonter le coin des lèvres ourlées. les prunelles qui brillent, excitées.
jolie petite effrontée.
« quelqu’un vous y a poussé. »
elle rétorque en replaçant correctement le chignon haut perché sur sa tête fardée. elle le sait irma, c’est toujours comme ça. les clients sont soit malades, soit envoyés par une tiers personne qui n’y croit absolument pas… et qui ignore à quel point elle a raison de penser ça. que la voyance, c’est des conneries.
que ce n’est que pour les naïfs, les ahuris.
j’sais pas si vous préférez lire dans ma main,
ou bien m’tirer les cartes,
alors dîtes moi. j’veux juste savoir.

le sourire ne s’est toujours pas fané sur les lippes rougeoyantes de la médium voleuse. pire, il prend des proportions démesurées.
« puisque vous semblez connaître si bien mon métier, devinez. »
elle susurre.
cigarette dont elle déleste les mégots usés et fumés sur le coin du cendrier.
elle n’a pas envie de faire d’efforts, madame irma. elle a le cœur vidé, les lèvres gercées, les yeux fatigués. elle a ce sentiment étouffant de ne servir à rien, de n’être qu’une marionnette avec laquelle on se plaît à jouer.
elle attrape la main de la jeune fille entre ses doigts frais. elle ferme les yeux un instant, fronce ses sourcils teintés d’obscurité.
et elle soupire, relâche les doigts à peine effleurés.
« je peux vous dire un secret ? »
elle demande, rôles inversés.
« vous perdez votre temps. je ne saurai rien dire de vous. »
aveux confessé, bouche interdite par ces vérités scellées qu’elle a eu le malheur de répandre sans s’en soucier.
« les médiums… nous savons l’une comme l’autre que ça n’existe que dans les livres fantasques et dans les films d’horreur. »
elle termine son monologue dans une confidence qui scellera sans doute la fin d’une carrière toute tracée. elle sent déjà contre ses côtes les poings doux-amers de son cher et tendre, sa colère qui siègera sur le bout de sa langue lorsqu’il saura qu’irma a cafté.
mais irma n’a pas balancé tous les secrets. son stand seul est accusé.
irma n’a plus envie de jouer.
aujourd’hui est un jour terminé.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: the game i used to play. (frieda)   


Revenir en haut Aller en bas
 

the game i used to play. (frieda)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
À PLUS TARD, CROCODILE. :: ( NOUVELLE-ORLÉANS ) :: QUARTIER FRANÇAIS-